Les expressions goscinniennes utilisées dans la vie courante

Déclaration de Goscinny extraite de l'interview accordée à Sophie Lannes dans l'Express en 1974:

Pourquoi fait on tilt ?
Pourquoi tout le monde s'est-il mis à répéter : "Ils sont fous ces ..." ?
Comment la potion magique, inventée pour les besoins d'un gag, et que nous ne pensions pas réutiliser, est-elle entrée dans le langage, même à l'assemblée nationale ?
L'autre jour, dix ans après, j'ai entendu -stupéfait- quelqu'un dire, au restaurant : "
H'est bon, mais h'est haud." Le "c'est bon, mais c'est chaud" d'Oum Pah Pah.
L'effet d'un mot n'est jamais intentionnel, et il est toujours imprévisible
.

Extrait de l'article de Libération du 13 novembre 1997 de Gérard Lefort et Mathieu Lindon.

 

Etre tombé dedans quand on était petit (source: Astérix). L'origine de l'expression est l'épisode qui a vu Obélix enfant tomber dans la marmite de potion magique de telle sorte qu'il n'en a même plus besoin pour exercer sa force légendaire. On en use à présent pour qualifier un être humain qui, depuis toujours, maîtrise un métier, une spécialité, un hobby, une manie. Exemple: «Sarkozy, la politique, il est tombé dedans quand il était petit.»

Trouver la potion magique (source: Astérix). L'origine de l'expression est la fameuse recette du druide Panoramix qui donne une force colossale aux villageois gaulois. On en use à présent quand il s'agit d'évoquer les solutions apportées (ou non) à un problème d'ordre général. Exemple: «Le chômage, on n'a pas encore trouvé la potion magique.»

Devenir calife à la place du calife (source: Iznogoud). L'origine de l'expression est le souhait mille fois exprimé, jamais exaucé, du terrifiant grand vizir. On en use et abuse à présent pour décrypter chaque épisode de la vie en général, qu'elle soit politique ou de bureau. Exemple: «Jospin voudrait devenir calife à la place du calife.»

Quand est-ce qu'on mange? (source: Lucky Luke). L'origine de l'expression est lié à l'appétit toujours insatisfait de ce crétin entre tous, Averell Dalton. On en use à présent pour manifester son désintérêt à l'égard du sujet traité, quel qu'il soit. Exemple: «Il faudrait infléchir la politique des taux flexibles de la Bundesbank. - Quand est-ce qu'on mange?»

Tirer plus vite que son ombre (source: Lucky Luke). L'origine de l'expression est le dessin promotionnel où la balle du cow-boy transperce son ombre qui n'a pas encore eu le temps de dégainer. On en use à présent pour définir la promptitude au meurtre (symbolique). Exemple: «Séguin, il a tiré plus vite que son ombre pour faucher le RPR à Juppé.»

Etre fous, ces Romains (source: Astérix). L'origine de l'expression vient de la soudaine lucidité d'Obélix quant aux habitudes idiosyncratiques des occupants. On en use à présent pour signifier son incompréhension devant les moeurs étranges d'un peuple ou d'un groupe. Exemple: «Un peu plus de démocratie dans le Parti! Ils sont fous, ces communistes».

Elles y sont toutes... Toutes? Non! Les expressions universelles, celles que tout le monde emploie... Mais il y en a d'autres, que vous êtes seul (ou presque) à utiliser encore et toujours, envoyez les moi, je les publierai sur ce site.

Allez ! je commence :

Craquer, Joe! (source Lucky Luke).L'origine de l'expression est l'excuse que trouve Averell pour avoir englouti le festin préparé par le professeur OttoVon Himbeergeist, pendant le second "blind test" du portefeuille (La guérison des dalton). J'en use à présent pour excuser un acte pas très raisonnable.
Exemple : "Chérie, je sais bien que nous avons des problèmes d'argent en ce moment, il ne fallait probablement pas dépenser ces 150 € pour acheter des BD, mais j'ai craqué, Joe !"

H'ête bon, mais h'ête haud!.. (source Oumpah Pah).L'origine de l'expression est la réaction d'Oumpah Pah après avoir subi l'épreuve du chocolat bouillant (Oumpah Pah le Peau-Rouge). René en use à présent à, chaque fois qu'il se brûle en mangeant. Exemple : "H'est bon, mais h'est haud !.. "

Vous êtes tous bêtes ! (source Lucky Luke). L'origine de l'expression est le mécontentement de William de l'épilogue de leur première aventure (Les cousins Dalton) Morti en use à présent dans une discussion quand la mauvaise foi est trop évidente (en rigolant bien sûr). Exemple : "Vous êtes tous bêtes.... Quand est-ce qu'on mange ?"

Pas gros, juste bas de poitrine (source Astérix). L'origine de cette expression ou de ses équivalences ( tout juste enveloppé, juste un peu fort d'épaules) est l'excuse que croit devoir trouver Obélix à chaque réflexion sur sa morphologie. Lien Rag n'a évidemment pas besoin d'en user à présent puisqu'il n'est "Pas gros, juste......"

Ne pas être assez tiède peut-être ? Pouvoir la faire chambrer (source Astérix). L'origine de l'expression est la proposition que fait Jolitorax à Obélix au "Rieur Sanglier" lorsqu'il s'aperçoit que ce dernier fait la grimace en buvant sa cervoise (Astérix chez les Bretons). Gode en use à présent en cas de doute sur la température de la bière que l'on vient de servir à un invité. Exemple : " Elle n'est pas assez tiède peut-être ?, je peux la faire chambrer..." Très embètant si elle est vraiment tiède.

Etre plus légère qu'un menhir (source Astérix). L'origine de l'expression est le seul compliment qu'Obélix trouve à dire à Coriza lorsqu'il la porte pour l'aider à descendre de la cariole, lors de son arrivée au village (Le cadeau de César).Boum en use à présent la première fois qu'il prend une jeune fille dans ses bras pour tester son humour et décider si cette relation doit se poursuivre. Exemple :"Mademoiselle, vous êtes plus légère qu'un menhir". A éviter si la Demoiselle en question approche le quintal.

Il sont tous bêtes et je suis leur chef (source Astérix). L'origine de l'expression est le désespoir du Général Neupeuplus devant la confusion crée par nos héros lorsqu' ils se déguisent en romains (Astérix et les Goths). Le patron de René n'en use à présent que pour rire, (parce que quand il le pense vraiment, il est moins drôle). Exemple :"Ils sont tous bêtes et je suis leur chef, ha ha ha !). Si vous aussi, vous voulez l'utiliser, suivez le conseil de Matthew : commencez par recruter une équipe...

La tête de veau, c'est moi (source Dingodossiers). L'origine de l'expression est, au restaurant, la réponse au serveur qui demande : "La tête de veau ?"(T2).Froggy en use à présent chaque fois qu'il commande une tête de veau vinaigrette (je le soupçonne même d'en commander rien que pour ça). Exemple : "La tête de veau, c'est moi."

Se demander comment vous pouvez aimer ça, c'est fade (source Astérix). L'origine de l'expression est la réponse d'Obélix à l'incompréhension qu'a Astérix du succès de leur infâme brouet auprès de la famille de Quiquilfus (Les lauriers de César). BoX en use à présent lorsqu'un plat est trop épicé et que tout le monde transpire à grosses gouttes, le visage tout rouge. Exemple : "Je me demande comment vous pouvez aimer ça, c'est fade."

Pour qu'un gamin me le chipe (source Astérix). L'origine de l'expression est la réplique d'Obélix à la suggestion d'Astérix de laisser son menhir au village lorsqu'ils décident de suivre Panoramix dans la fôret (Le combat des chefs). Ferdy en use à présent lorsqu'on lui conseille de laisser ses affaires quelque part. Exemple : "--Tu ne laisses pas ton sac ici ? --Pour qu'un gamin me le chipe ! "

Ne pas savoir qu'on pouvait avoir mal là (source Astérix). L'origine de l'expression est l'étonnement d'Obélix de la localisation par Panoramix de l'endroit d'où souffre Abraracourcix . (Le bouclier Arverne). Le copain d'Axelle en use à présent, quand elle lui prédit une indigestion si il reprend une dixième fois du dessert. Exemple: "--Attention à la crise de foie ! --Je ne savais pas qu'on pouvait avoir mal là."

Farpaitement ! Machin a raison (source Astérix) L'origine de l'expression est le soutien éthylique et inconditionnel d'Obélix à la proposition d'Abraracourcix (Machin) de servir à son beau frère un ragout parfumé avec (Les lauriers de César). Alx en use à présent pour manifester une approbation enthousiaste. Exemple : "Farpaitement ! Machin a raison."

Etre dans les brassica (source Astérix) L'origine de l'expression est le constat du sénateur Sousentendus (spécialiste des questions de brassica) suite à l'information rapportée au Sénat du soulevèment général des belges soutenus par des hordes gauloises (Astérix chez les belges). Tank Girl en use et en abuse à présent puisqu'elle en a fait quasiment sa devise. Exemple : "Nous sommes dans les brassica !"

Il faut les transporter ces sacs, non? (source Astérix) L'origine de l'expression est la question d'Astérix a l'instructeur Belinconnus, ce dernier prétendant que ce transport de sacs n'était pas le but de la manoeuvre.(Astérix Légionnaire). BoX en use à présent lorsqu'il doit faire quelque chose qui lui semble complètement inutile. Exemple : "Il faut les transporter ces sacs, non ?"

Et alors Astérix a dit : il est déchainé! (source Astérix) L'origine de l'expression est le plaisir qu'a Obélix de répéter une plaisanterie d'Astérix qu'il a compris un peu tard mais qu'il apprécie énormément. (Astérix chez les Goths). Félix en use à présent quand quelqu'un se marre tout seul pour une blague pas drôle. Exemple :"Et alors Astérix a dit : il est déchainé !"

Trop loin, trop dangereux ! (source Astérix) L'origine de l'expression est la réponse de Panoramix à la proposition d'Astérix d'aller à Lutèce pour lui procurer une nouvelle serpe (La serpe d'or). Philippe en use à présent comme excuse lorsqu'on lui propose quelque chose qu'il n'a pas envie de faire. Exemple :" --Tiens, si on allait faire une partie de bowling ? --Trop loin, trop dangereux ! "

Par les dieux, fais ouvrir les fenêtres ! (source Astérix) L'origine de l'expression est la réaction du questeur Claudius Malosinus à l'atmosphère nauséabonde de l'orgie organisé par le gouverneur Garovirus, dont il veut examiner les comptes (Astérix chez les Helvètes). Guillaume en use et abuse à présent lorsqu'il entre dans un endroit enfumé ou trop chaud, ou dont les effluves lui taquinent désagréablement la fosse nasale. Exemple : "Par les dieux, fais ouvrir les fenêtres !"

Impatients et joyeux d'aller au combat (source Astérix) L'origine de l'expression est dans le discours martial du centurion Hotelterminus annonçant à ses hommes leur départ au combat.
Hotelterminus reprend cette même expression à la page suivante, au premier degré cette fois, ahuri par le fait que ses hommes soient réellement "impatients et joyeux d'aller au combat". (Astérix légionnaire). Michel en use à présent dans sa version abrégée de préférence avec sincérité et fraîcheur plutôt qu'avec ironie. Exemple : "Je suis impatient et joyeux d'aller à la plage", et plus rarement : "Je suis impatient et joyeux d'aller chez le dentiste".

Une abandonnée charrette (source Astérix) L'origine de l'expression est la pensée d'un voleur de charrette devant l'opportunité du vol de la charrette d'Astérix (Astérix chez les Bretons).
Maxence et son épouse en usent à présent  dès qu'ils voient un caddie de supermarché loin de son propriétaire. Exemple (avec l'accent) : " Oh, une abandonnée chawette !"


A vous maintenant.